Elle n'est pas encore née, mais elle s'en vient.  Elle naîtra à Haïti, elle aura la peau en chocolat, des yeux bruns comme la nuit, des cheveux tout frisés et un sourire beau comme l'univers.  Je le sais, parce qu'elle sera ma fille. 

Nicolas et moi avons pris la décision que nous voulions une petite fille dans notre vie.  C'était très important pour moi que mon désir d'enfant ne prenne pas le dessus, qu'il ne le force pas à adopter si ce n'était pas ce qu'il voulait.  La semaine dernière il m'a donc dit, comme ça : " Iris... ce serait un beau nom pour notre fille, hein ?"
- "Notre fille ?, j'ai dit". (Mes oreilles n'étaient plus reliées à mon cerveau...)
- "Ben oui, notre fille.  On pourrait commencer à regarder ça sérieusement, qu'est-ce que tu en penses ?"

Et j'ai commencé à me sentir enceinte, oh, très peu, mais pour la première fois de ma vie, pour la première fois depuis que j'ai rêvé à mon enfant, il y a tellement, tellement d'années, "ma fille" semblait réelle... 

Victor, qui nous écoutait sans dire un mot, s'est levé rapidement pour aller chercher une feuille et un crayon, et il a commencé à écrire des noms.  Pour l'instant, Iris et Tara sont les deux que nous avons choisis.  Ensuite, quand nous avons commencé à jouer à Quelques arpents de piège, Victor m'a dit : "Ça te va bien d'être enceinte, Dyne."  Et j'ai souri. 

J'ai donc commencé aussi à parler à ma petite fille.  Maintenant que je sais qu'elle sera bientôt dans mes bras, je peux lui dire de ne pas se presser, qu'elle a du temps devant elle, que j'arriverai bientôt.  Je lui dis aussi que je l'aimerai... mon dieu, je l'aimerai tellement...

Nadyne