Le 18 février dernier, cela faisait 3 mois que nous sommes entrés dans la vie de Tara et Mina et qu'elles sont entrées dans la nôtre.  Leur capacité d'adaptation m'impressionne au plus haut point ! Elles ont changé de pays, de climat, de langue, de parents, de famille, de nourriture, d'habitudes, et elles l'ont fait la plupart du temps avec le sourire... Je crois que mon amour ne peut être égalé que par l'admiration que j'éprouve pour elles.

J'ai eu souvent envie de venir écrire ici, mais j'hésite chaque fois, ayant l'impression que notre aventure est si belle qu'elle ne durera pas ou encore qu'elle n'est pas représentative des adoptions en général... Bien sûr, j'ai eu de gros coups de barre, des moments de "je n'y arriverai jamais", quelques crises de larmes, mais dans l'ensemble, je dois dire que Nicolas et moi nous considérons très chanceux.

3 mois plus tard, je pourrais croire que nous avons pris nos repères sur plusieurs plans.  Les filles intègrent de plus en plus de mots français dans les discussions qu'elles ont avec les autres et entre elles.  Mina, qui avait recommencé à porter des couches, a cessé de le faire pendant le jour, et elle est très fière d'elle.  La régression qu'elle vit se poursuit et elle a besoin souvent de me dire "je t'aime pour toute la vie".  Elle a demandé à quelques reprises de boire au biberon.  Tara, de son côté, prend de l'assurance et ne tremble plus lorsqu'elle fait une erreur ou se fait prendre en défaut.  Elle vit elle aussi des moments où elle a besoin d'être un bébé qui se fait bercer et boit au biberon.  Je suis contente, d'ailleurs, qu'elle arrive à nous dire qu'elle en a besoin.

Tout n'est pas rose fuschia, mais rose tendre, je dirais... :-)

Nadyne