nadmina

La post-adoption en Colombie comporte quelques rencontres de suivi avec la psychologue qui avait évalué notre santé affective, conjugale, familiale, sociale et psychologique.  Cette première rencontre de suivi s'est ainsi déroulée à la maison. Nous étions tous les cinq au rendez-vous : Nicolas, Victor, Tara, Mina et moi.  Les filles mangent bien, dorment bien, s'adaptent bien, s'entendent bien, parlent de plus en plus en français, rient et pleurent régulièrement, sont folles de leur papa et de leur grand frère et semblent aussi adorer leur maman, ne sont pas craintives devant des inconnus, mais ne se jettent pas non plus dans leurs bras.  Elles ont rattrapé leur retard sévère de croissance et se trouvent maintenant au 2e percentile de la norme québécoise.  

Mina fait bien sûr pipi au lit, mais n'oublions pas qu'elle n'a que 4 ans.  De toute façon, les couches sont efficaces, et on ne s'en fera certainement pas pour un si petit problème.  Elles parlent parfois de leur famille d'accueil, mais disent qu'elles sont heureuses d'être "ici, avec maman, papa, Victor et les animaux".  

Elles sont curieuses et veulent tout apprendre.  Elles ont d'ailleurs appris très rapidement à compter, à réciter l'alphabet et à dire les couleurs.  Tara a par contre peur de faire des erreurs et d'être prise en défaut, ce qui la fait abandonner rapidement si elle ne réussit pas du premier coup.  Mina, quant à elle, oscille entre jouer au bébé et être une grande fille qui veut tout connaître.  

Nicolas et moi, en ce qui nous concerne, faisons une super équipe. Notre psy a d'ailleurs relevé notre complicité apparente.  Je suis fière de mon amoureux ! J'adore le voir entouré de ses trois enfants, le sourire aux lèvres et les yeux brillants...

________________________________________________________

Nous formons une famille très "normale"... Nous rions beaucoup, répétons des "je t'aime" plusieurs fois par jour, nous faisons des calins et des bisous très souvent.  Nous nous fâchons parfois, nous retrouvons à quelques occasions face à des petites filles têtues ou désobéissantes.  Tous les cinq, nous nous aimons. 

J'ai de la chance.

Nadyne, pour qui le bonheur est si facile depuis quelques mois