Oui, les années ont passé depuis que Tara et Mina sont entrées dans le petit bureau de l'ICBF d'Armenia, dans le Quindio.  Elles vont toutes les deux à l'école, suivent des cours de kung fu, ont des amiEs, chantent presque toujours, dansent, découvrent la vie avec un émerveillement touchant.  Elles ont un humour surprenant, manient l'ironie avec une habileté rare, sont têtues comme des mules, ont des antennes incroyables pour savoir comment les gens qu'elles rencontrent se sentent.  

Après tous les scénarios catastrophiques dont nous avions entendu parler, tout ne pouvait qu'être mieux.  Et pour être mieux, ce l'est.  C'est même au-delà de tout ce que je pouvais imaginer.  

Les filles parlent parfois de la Colombie, de leur vie "avant", ont quelques craintes, parfois, que nous les abandonnions, que nous changions d'enfants.  À chaque fois, nous les rassurons et finissons par rire de ces peurs.  Un jour, peut-être, si elles en ont envie, on retournera en Colombie.  Pour l'instant, c'est par contre la France, chez tata Cécile et tonton Michaël, qui les intéresse le plus.

Un peu plus de 2 ans après notre première rencontre, le bilan est donc très positif.  Elles dorment bien depuis le début, mangent de tout (mais vraiment de tout !), choisissent de bonNEs amiEs, travaillent bien à l'école, sont en santé, continuent de jouer ensemble, mais ne sont plus fusionnelles comme elles l'étaient, ont une confiance en elles magnifique, sont complètement folles de leur grand frère, qui leur rend cet amour au centuple.  Encore aujourd'hui, elles sont les deux personnes que j'admire le plus au monde.  

L'adoption, pour nous, n'aura rien eu à voir avec les scénarios catastrophes dont semble raffoler Johanne Lemieux.  Notre secret, je crois, est de tout nommer en dédramatisant et de faire confiance à nos filles pour trouver les ressources internes qui leur permettront de surmonter les émotions négatives.  Jusqu'à maintenant, tout me prouve que nous avons raison d'agir ainsi.

Je suis immensément fière de notre famille.  Nos 3 enfants ont un caractère très semblable : calme, affectueux, solide.  Victor devient un adulte de plus en plus capable de s'affirmer.  De toute façon, avec deux soeurs au tempérament bien trempé, il n'a pas vraiment le choix ! :-)

Nadyne